Nice, sexe and Fun

Les Niçois des Countablabla débarquent à Valence, et voilà que nos MC du jour Laetitia et Claire se croient déjà au printemps ! Non, l’hiver est toujours là, et avec lui les frissons d’émotion, les dents qui claquent de rire, les poils qui se dressent de peur… Pas de doute, les Countablabla ont soufflé le show sur ce 2e Jour de l’Impro, pour lequel les Givrés ont largement répondu présent.

Séducteurs de père en fils

Tout commence avec les bonnes résolutions de l’arbitre Thomas : « 1001 façons de » se débarrasser de sa belle-mère, perdre du poids, et envoyer papi à l’hospice. La veille de la fête des grands-mères, c’est l’esprit de famille qui en prend un coup. Tant pis pour la bienséance, et place au 1er épisode d’un feuilleton qui va nous tenir en haleine toute la soirée : « Don Juan tombe amoureux d’un jeune homme », véritable soap-opera où Tanguy campera un Don Juan père décrépi, Karim le fils séducteur, Nathalie sa promise, et Daniel le petit-fils à voile, et surtout à vapeur. Et c’est le très talentueux Karim et ses Countablabla qui emporteront finalement le point du feuilleton.

Les Givrés, la pudeur avant tout

Les Givrés, la pudeur avant tout

Jérôme des Givrés, David et Pascale cherchent de leur côté le trèfle à 4 feuilles et finissent par danser la salsa à Las Vegas. La faute à pas de chance, parait-il… « Chez ce cher Serge » entraine les Countablabla dans une classe de dyslexiques, quand les Givrés choisissent d’en faire une chanson. Enfin une excellente improvisation bruitée offre le magot de la banque à Alexandra et le point aux Givrés. La mi-temps est sifflée sur un score de parité, 4-4.

La belle au balcon, les bêtes dans le gazon

La belle au balcon, les bêtes dans le gazon

Sandrine, femme objet

Spectatrice des Givrés, passion dangereuse

Spectatrice des Givrés, passion dangereuse

La 2e mi-temps propulse sur scène Sandrine, spectatrice courageuse, le temps d’une « fusillade accessoire public ». La jeune femme devient alors meurtrière (la petite fenêtre, pas l’assassin), silhouette en carton, marionnette à ventriloque ou péta… Uniquement des rôles de composition pour Sandrine, ça va de soi. Les Givrés sombrent dans le scatologique avec « Le chocolat nucléaire », transforment les sirènes en baleine dans une « Algue et Sémaphore » catégorie « Changement de Sens » renversante, et libèrent la lionne Natacha dans une « Déjà Vu » très animalière. Jour de l’impro ou pas, tout se termine en chanson chez les Givrés : juke-box mémorable où Mickael Jackson côtoie Gainsbourg, Cabrel et Renaud.

Attention, les fauves sont lâchées !

Attention, les fauves sont lâchées !

Les Givrés s’imposent finalement 10-9, mais comme le dira l’humoriste drômois Hassan, en remettant les étoiles (meilleur personnage et meilleur constructeur pour Karim et Pascale des Countablabla, meilleure improvisatrice pour Alexandra des Givrés) : « Certains mettent des mois à écrire un spectacle, vous en inventez d’aussi bons en direct devant le public ! »

L'humoriste Hassan remet les étoiles du jour

L’humoriste Hassan remet les étoiles du jour

Toutes les photos ici

Le signe de ralliement des 10 ans des Givrés !

Le signe de ralliement des 10 ans des Givrés !

Prochain rendez-vous avec les Givrés : un duo/duel d’impro inédit face aux Art Scène de Guilherand Granges le 18 mars au Comedy Palace de Valence

Et n’oubliez pas les 10 ans des Givrés, les 14 et 15 mai ! Un week-end exceptionnel, à ne pas rater !