Givrés Vs Impropotames, c’est déjà le futur

Encore des retrouvailles passionnantes et passionnées entre les deux troupes amies! Samedi 6 février, les Impropotames de Rumilly nous ont fait le plaisir de venir une nouvelle fois chauffer un Centre Culturel Fontlozier plein comme un oeuf. Selon nos deux MC, mieux valait être présent ce soir là : d’ici 2056, les Givrés joueront dans des stades géants, devant des milliers de fans! Et pour cause : d’ici là aura eu lieu l’anniversaire des 10 ans, les 14 et 15 mai prochains. A découvrir ici!

On a dit "pas une tête qui dépasse"!

On a dit « pas une tête qui dépasse »!

Les Impropo, en mode séduction

Les Impropo, en mode séduction

Mais revenons au match

L'arbitre Jérôme, encore martyrisé par de fourbes jets de peluches...

L’arbitre Jérôme, encore martyrisé par de fourbes jets de peluches…

Tout commence par une histoire de tête coupée. Normal, pour une impro « à la manière d’une cape et d’épée ». On ne pensait pas que Rémy, pour sa première, aurait la lame aussi facile. Heureusement, chez les Impropotames, on a la peau dure, et les morts reviennent à la vie pour reprendre le match.

C’est un peu le Graal de l’arbitre, Jérôme : les deux équipes exécutent une catégorie « Travelling » plutôt réussie, où Thomas, nu comme un ver, est jeté en prison. Décidément, le don de soi ne paye plus…

Avec Agnès, c'est "lundi, des patates, mardi des patates..."

Avec Agnès, c’est « lundi, des patates, mardi des patates… »

Agnès est plus rustique : dans une « chantée comme un seul homme », elle fait l’intense promotion de la patate, hit en vue chez les producteurs picards. S’en suivent deux moments de grâce, qui à eux seuls justifiaient d’être présents ce samedi : d’abord « Les Aiguilles », une impro durant laquelle les organes d’un Thomas mourant prennent vie, pour ne pas qu’il perde la sienne (de vie, merci de suivre). Ensuite « Le parfum du Tilleul », avec une Samantha (Laetitia) et un Kévin (Rémy) prêts à tout pour chiper la jeunesse éternelle à des Impropotames particulièrement inspirés. La 1ere mi-temps s’achève sur une égalité logique, 5-5, tant les improvisateurs ont tout donné.

Drôle? Ou pas drôle?

Drôle? Ou pas drôle?

Ah d'accord! Là, drôle!

Ah d’accord! Là, drôle!

Des enfers aux sommets

David, maitre à jouer des Impropotames

David, maitre à jouer des Impropotames

Il parait qu’un match ressemble parfois à sa 1ere impro. Vérification en 2e mi-temps avec une « Carnage + horreur » intitulée « Le papier-peint de l’enfer ». Marouflage sanglant en vue durant 45mn. Après une Abécédaire enlevée où Thomas a tout tenté pour éviter les clichés, mais a fini sur le trône des « CW » (en verlan s’il vous plait), place au massacre organisé. Laetitia et Romain sont jetés en pature dans le sordide motel d’Anaïs dans une Hitchcock glaçante. Le soleil des Impropotames s’éteint au profit de la lune, les Givrés en profitent pour déguster quelques juteux scarabées. Le « téléphone arabe mimé » transforme un Bruce Willis norvégien en ours plombier. Enfin, tout se termine autour d’une bonne fondue après une gifle magistrale d’Hermès sur une de sa bande, au sommet d’une montagne que les Impropotames ont gravi plus vite. Victoire méritée des Haut-Savoyards 10-8, et une furieuse envie de remettre ça! Oh oui! Encore!

Les étoilés : Anaïs (meilleur perso) et David (meilleur constructeur) entourent Thomas, meilleur improvisateur

Les étoilés : Anaïs (meilleur perso) et David (meilleur constructeur) entourent Thomas, meilleur improvisateur

Toutes les photos du match ici

24246440044_a1810b93e2_k